• Accueil
  • RÔLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES DANS L’ACTION CLIMATIQUE&nbsp :Un forum régional réuni à Lomé des acteurs élus locaux et experts des collectivités territoriales de l’espace UEMOA

RÔLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES DANS L’ACTION CLIMATIQUE&nbsp :Un forum régional réuni à Lomé des acteurs élus locaux et experts des collectivités territoriales de l’espace UEMOA

RÔLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES DANS L’ACTION CLIMATIQUE&nbsp :Un forum régional réuni à Lomé des acteurs élus locaux et experts des collectivités territoriales de l’espace UEMOA

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
[wp_applaud]

« Renforcement de la résilience et augmentation de l’ambition climatique des collectivités territoriales en Afrique » : tel est le thème d’un forum régional ouvert le jeudi 10 pour prendre fin vendredi 11 juin à l’hôtel 2 février à Lomé autour de la question de changements climatiques, à l’intention des acteurs élus locaux et experts des collectivités territoriales de pays de l’espace sous régional de l’union économique monétaire ouest-africaine (UEMOA).

Cette rencontre, la première du genre à Lomé, est organisée par la communauté des collectivités territoriales d’Afrique regroupées au sein des cités et gouvernements locaux unis d’Afrique (CGLU Afrique) avec l’appui financier et technique de plusieurs partenaires au développement d’Afrique et d’Europe. Elle a pour objectif de conscientiser et d’amener les élus locaux des villes et territoires d’Afrique en général et ceux de l’espace UEMOA en particulier, à s’approprier l’action climatique dans la perspective de la définition et la mise en œuvre des plans de développement en harmonie avec l’exigence de la dé-carbonisation et des actions d’adaptation aux changements climatiques.

Photo de famille d’éminentes personnalités autour du ministre d’Etat, Payadowa Boukpessi

Au total 230 participants venus de l’espace UEMOA, d’Afrique et d’Europe sont conviés aux travaux en commissions et séances plénières autour de différents sous-thèmes. Ceux-ci développés par des experts et éminents conférenciers portent sur ‘’la course vers la neutralité carbone et la résilience des territoires’’, ‘’comment placer la mise en œuvre de la territorialisation des contributions déterminantes nationales (CDNs) au centre des plans de relance économique post-covid’’, ‘’le rôle du dialogue structuré dans le renforcement de la gouvernance verticale pour une territorialisation des CDNs’’, ‘’la planification à la mise en œuvre des plans climats territoriaux’’, ‘’le renforcement des capacités des associations des gouvernements locaux’’, ‘’la mise en perspective de la mobilisation de la finance climatique’’.

En ouvrant officiellement les travaux au nom du président de la République, son Excellence Faure Essozimna Gnassingbé, le ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et du développement des territoires, Payadowa Boukpessi, a exprimé ses gratitudes aux organisateurs pour avoir porté le choix sur notre capitale d’abriter les présentes assises. Parlant du thème de la rencontre, le ministre d’Etat a indiqué que le sujet a le mérite d’une grande attention en raison du contexte d’actualité d’enjeux et de défis face au phénomène du dérèglement climatique qui n’épargne aucun pays. C’est pourquoi, il a exhorté les uns et les autres à travailler de sorte que les collectivités territoriales deviennent des outils d’avant-garde pour la lutte et le renforcement de la résilience et l’augmentation de l’ambition climatique pour la cause commune.

Enfin, les collectivités territoires doivent impérativement jouer leur partition de manière à ‘’inverser la tendance inquiétante actuelle de la question climatique qui appelle à une coopération agissante et collective, un moyen de créer une alliance pour agir comme un accélérateur d’ambition climatique afin de produire des effets transformationnels’’, a indiqué le ministre d’Etat Payadowa Boukpessi, avant de souhaiter plein succès à ce forum régional.

Auparavant, plusieurs éminentes personnalités parmi lesquelles le secrétaire général de CGLU Afrique, Jean Pierre Elong Mbassi, et le vice-président de l’association marocaine des présidents des conseils communaux, suppléant le président de CGLU Afrique, Mohamed Yassine Daoudi, se sont succédées pour reconnaître que l’enjeu de taille restant est de faire en sorte que les villes et territoires s’engagent fermement pour soutenir leurs Etats dans la lutte contre les changements climatiques par des stratégies et innovations assorties d’actions concrètes adaptées à notre contexte.

Polorigni K. Ignace.